LE FIL DES ÉLU·E·S

Actualité du jour

Plan de souveraineté pour les fruits et légumes : les collectivités invitées à s’engager

par | 3.03.23 | Actualité, Agriculture, Alimentation

Présenté le 1er mars dans le cadre du Salon de l’agriculture, le plan de souveraineté pour la filière fruits et légumes, aujourd’hui importés à 50%, devrait mobiliser 200 millions d’euros dès 2023, avec pour but de reconquérir des parts de marché. Les collectivités sont invitées à apporter leurs propres financements. Le plan vise notamment à « adapter chaque bassin de production aux nouveaux contextes climatiques ».

C’est une des données marquantes de ce 59Salon international de l’agriculture : 60% des fruits et 40% des légumes consommés en France sont importés. La « souveraineté alimentaire » agitée comme une incantation depuis le début de la crise sanitaire a du plomb dans l’aile. Le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau veut redresser la barre. Il a lancé mercredi 1er mars, dans le cadre de ce salon, un « plan de souveraineté pour la filière fruits et légumes ». Celui-ci avait été annoncé en mars 2022 par le gouvernement Castex pour faire face aux conséquences de la guerre en Ukraine. Selon le ministre, « depuis l’an 2000, nous avons perdu 14 points d’approvisionnement français sur cette filière ». L’objectif est d’en récupérer 5 d’ici à 2030 avant « d’enclencher une hausse tendancielle de 10 points à horizon 2035 ».

Fruit d’une large concertation menée cet hiver, avec la filière et les collectivités notamment, ce plan est un « premier exemple concret de la méthode gouvernementale de planification écologique, afin d’anticiper et d’engager les transitions, au service de notre souveraineté alimentaire », se félicite le ministère, dans un communiqué. Il mobilisera 200 millions d’euros dès 2023, dont la moitié issue du guichet « agro-équipements » déployé dans le cadre du plan France 2030. Il s’agit, à travers ce guichet, d’encourager l’acquisition d’outils technologiques de types drones, robots connectés, désherbeurs…

Au sommaire :

  • Adapter chaque bassin de production ;
  • 90% des ingrédients de la ratatouille importés.

Lire la suite sur Localtis

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous !

Pour recevoir quotidiennement par mail « Le fil des élu·e·s, la lettre d’information du CIDEFE sur l’actualité des élu·e·s et des collectivités ainsi que l’actualité de nos formations.

*en appuyant sur « je m’abonne », vous acceptez que vos données soient traitées par le CIDEFE dans le cadre du Fil des élu·e·s et de la formation.

Organisme agréé par arrêté ministériel du 1er juillet 1994 pour la formation des élu·e·s – Association loi 1901 déclarée à la préfecture de police le 10 octobre 1980 sous le n°80/1796
Siret : 844 317 792 00027 – Numéro de DA : 11 75 63676 75

« Cap Voltaire » – 20, rue Voltaire – 93100 Montreuil

La certification qualité a été délivrée au titre
de la catégorie d’action suivante :
ACTIONS DE FORMATION

Share This
Aller au contenu principal