Enfance/Petite EnfanceInternational

Enfants déplacés d’Ukraine : comment assurer l’accueil en crèche

Le conseil d’administration de la Cnaf a décidé, hier, que la branche Famille « prendrait en charge les frais d’accueil » en crèche des enfants déplacés d’Ukraine, pendant toute l’année 2022. Ce qui ne résout pas les problèmes de pénurie de personnels.

Selon les chiffres les plus récents, 6 800 enfants venus d’Ukraine sont à présent scolarisés en France. On ignore, en revanche, le nombre d’enfants en bas âge susceptibles d’être accueillis en crèche. Néanmoins, la Cnaf a annoncé qu’elle prendrait en charge, via la PSU (prestation de service unique), « le coût de l’accueil en crèche de tous les enfants des personnes bénéficiaires de la protection temporaire ». On ne sait pas précisément, à cette heure, de quoi il s’agit : la Cnaf va-t-elle prendre en charge l’intégralité du coût de l’accueil, ou uniquement la partie habituellement versée par les familles, laissant le reste à charge habituel aux collectivités ? Ce point demande à être éclairci.

La Cnaf rappelle que l’accueil en crèche est crucial pour les enfants déplacés, dans la mesure où il permet notamment de favoriser leur apprentissage de la langue française, et pour les parents, pour « leur permettre de disposer de temps de répit pour notamment se concentrer sur leurs démarches en France (administratives, hébergement, recherche d’une formation/emploi) ».

Elle invite donc les gestionnaires de crèches à « signaler leurs disponibilités de places au préfet de leur département (…) et se rapprocher des associations désignées par les préfectures pour l’accompagnement de ces familles afin de faire valoir leur offre de service »

Au sommaire :

  • Vaccination ;
  • « Socialisation » ;
  • Pénurie de personnels.

Lire la suite sur Maire Info

Laisser un commentaire

Fermer le menu
sit ut commodo quis, justo fringilla leo
×
×

Panier

CIDEFE