Vendredi 12 juillet 2019

Une trentaine de parlementaires PCF, PS et EELV se sont réunis hier devant  le ministère de l’Intérieur pour que l’État remplisse son rôle dans la campagne sur le référendum sur ADP

 
« Proximité et Engagement » : Sébastien Lecornu précise le projet de loi

Alors qu’il doit présenter le 17 juillet prochain en Conseil des ministres le projet de loi « Proximité et Engagement », Sébastien Lecornu en a dressé les grandes lignes devant les sénateurs de la Délégation aux Collectivités territoriales et à la décentralisation du Sénat. Le ministre a notamment apporté certaines précisions sur l’amélioration des conditions d’exercice des mandats locaux :  Formation des élus, les indemnités des élus, frais de garde, pouvoirs de police des maires, potection juridique, interco, loi NoTre...  

Lire l'article
En France, seuls 17 % des maires sont des femmes, et 40 % des conseillers municipaux sont des conseillères municipales

 Marlène Schiappa et Stanislas Guerini ont appelé, le 7 juillet dans une tribune au journal Le Parisien, les femmes à se présenter aux élections municipales de mars. Pour rappel, «les femmes restent exclues des têtes d’exécutifs : 84% des collectivités locales sont aujourd’hui présidées par un homme», pointe le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCE), dans son un rapport paru en 2017

Lire l'article
L’Observatoire de la démocratie de proximité AMF-CEVIPOF/SCIENCESPO
L’Observatoire de la démocratie de proximité, créé par l’AMF et le CEVIPOF/SciencesPo, interrogera chaque année jusqu’aux municipales de 2020 les maires de France et un échantillon représentatif de Français pour comprendre leurs attentes et leur représentation du rôle de la commune.
Lire l'article
Loi anti-gaspillages et retour de la consigne : pour "l'Association des Petites Villes" les communes sont pénalisées

L’Association des petites villes de France (APVF), déplore que le projet de loi Anti-Gaspillage présenté  en Conseil des ministres le 10 juillet dernier,  pénalise une fois de plus les collectivités territoriales.Elle déplore le retour de la consigne qui va à l’encontre du système actuel de collecte et rend obsolètes les investissements des collectivités pour le mettre en place. Les collectivités ont déjà investi plus de 700 million d’euros sur les 1.5 milliard prévus pour moderniser leurs centres de tri à l’horizon 2022. Les bénéfices de ces investissements en termes de recyclage sont déjà visibles dans les territoires. La mise en place de la consigne constitue donc un retour un arrière au détriment des collectivités locales qui perdront une grande partie de leur ressource, mais aussi des citoyens qui verront à termes la fiscalité augmenter. L'association demande donc au Gouvernement abandonner la mise en place de la consigne et d’attendre la fin de la modernisation des centres de tri pour tirer un bilan de son efficacité. Elle transmettra à la Ministre ses propositions pour une économie circulaire ambitieuse et concrète.    

Lire l'article

[Lu dans la presse] Une colonie de vacances à vendre pour le prix d’une chambre de bonne

«Les jolies colonies de vacances, merci papa, merci maman...» Si le tube de Pierre Perret n’a pas pris une ride malgré ses 50 ans, bon nombre de sites qui recevait ces fameuses colonies sont bien mal en point, écrit Le Figaro dans son édition du jour. Gestion difficile, remise aux normes coûteuse, vétusté... 

Lire l'article
150 jeunes isolés étrangers à la rue : Michel Ricoud conseiller municipal d'Orléans écrit à E. Macron

Michel Ricoud, conseiller municipal d'Orléans vient d'écrire à E. Macron concernant les 150 jeunes isolés étrangers qui vont se retrouver à la rue, sans hébergement, le 31 août prochain. Il lui demande de donner des instructions aux services de l'Etat du Loiret pour que des solutions soient trouvées rapidement.    

Lire l'article

[Juridique] Une commune ne peut pas s’opposer à l’installation des compteurs communicants Linky

Saisi par la commune de Cast (Finistère) qui s’opposait à l’installation de compteurs « Linky » sur son territoire, dans une décision du 11 juillet, le Conseil d’État a jugé qu’elle n’était pas compétente pour refuser leur déploiement. C’est à l’État qu’il revient de veiller non seulement au bon fonctionnement de ces compteurs, mais aussi à la protection de la santé publique par la limitation de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques.

Lire l'article