LE FIL DES ÉLU·E·S

Actualité du jour

Les points clés du rapport du Giec : responsabilité de l’homme, vers un monde à + 2,7°, besoins de financements…

par | 20.03.23 | Actualité, Climat

Ce lundi, les experts climat de l’ONU dévoilent une synthèse des connaissances sur le changement climatique et appellent à une action urgente. Ce «guide de survie pour l’humanité» détaille les leviers d’une transformation des sociétés et de l’économie, combinant atténuation des émissions de gaz à effet de serre et adaptation au réchauffement.

Huit années de travail, six rapports et une dernière ligne droite houleuse. Avec deux jours de retard et après de courtes nuits, les experts climat de l’ONU, réunis à Interlaken (Suisse) depuis la semaine dernière, dévoilent ce lundi la synthèse des travaux qu’ils ont réalisés depuis 2015. Ce rapport, très riche, met à jour l’état de la science sur le changement climatique. Il s’accompagne d’une «synthèse de la synthèse» : un résumé de 37 pages à l’attention des décideurs, c’est-à-dire des élites politico-économiques mondiales. Pourquoi l’accouchement de ce dernier texte a-t-il été aussi long et difficile ? Parce que, une fois écrit par les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), celui-ci a dû être validé à l’unanimité par 195 Etats des Nations unies. Or leurs intérêts divergent et tous sont tous conscients que le climat est un enjeu géopolitique majeur.

L’urgence à agir est au cœur du message des experts : les solutions sont déjà à notre disposition pour éviter le chaos climatique, mais les flux financiers qui doivent y être consacrés sont loin d’être à la hauteur, affirment en substance les auteurs. De nombreux fossés restent à combler. Plutôt que d’insister sur les souffrances qui nous attendent sans sursaut immédiat, le Giec s’applique à détailler les leviers et les bénéfices d’une transformation profonde, avec le souci de ne pas accroître les inégalités. «Ce rapport de synthèse souligne l’urgence de prendre des mesures plus ambitieuses et montre que, si nous agissons maintenant, nous pouvons encore assurer un avenir durable et vivable pour tous», a insisté le président sud-coréen du Giec, Hoesung Lee.

Au sommaire :
  • L’homme est «sans équivoque» la cause du changement climatique ;
  • Nous nous dirigeons actuellement vers un monde à +2,7 °C degrés d’ici à la fin du siècle ;
  • Dépasser le moins possible les +1,5°C est vital ;
  • Il faut mener de front les efforts d’atténuation et d’adaptation ;
  • Les flux financiers restent insuffisants ;
  • « La bombe à retardement climatique fait tic-tac », avertit le secrétaire général de l’ONU.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous !

Pour recevoir quotidiennement par mail « Le fil des élu·e·s, la lettre d’information du CIDEFE sur l’actualité des élu·e·s et des collectivités ainsi que l’actualité de nos formations.

*en appuyant sur « je m’abonne », vous acceptez que vos données soient traitées par le CIDEFE dans le cadre du Fil des élu·e·s et de la formation.

Organisme agréé par arrêté ministériel du 1er juillet 1994 pour la formation des élu·e·s – Association loi 1901 déclarée à la préfecture de police le 10 octobre 1980 sous le n°80/1796
Siret : 844 317 792 00019 – Numéro de DA : 11 75 63676 75

« Cap Voltaire » – 20, rue Voltaire – 93100 Montreuil

La certification qualité a été délivrée au titre
de la catégorie d’action suivante :
ACTIONS DE FORMATION

Share This
Aller au contenu principal