Presse

[Point de vue] Le Sénat réclame (timidement) des comptes aux dirigeants de la presse régionale

La Commission d’enquête du Sénat sur « la concentration dans les médias » a entendu le 10 janvier plusieurs acteurs de la presse régionale. Bien qu’en situation de quasi-monopole, les groupes Ebra et Ouest-France en sont sortis indemnes, face aux questions policées des représentants d’élus municipaux et départementaux. Justifiant d’avoir avalé des dizaines de journaux voisins souvent au détriment du pluralisme par la nécessité de consolider leurs fleurons, les trois patrons de presse interrogés minimisent l’impact de ces restructurations sur la vitalité de la démocratie locale… Récit.

Lundi 10 janvier 2022, 9H40. David Assouline se gargarise sur France Inter des auditions à venir de plusieurs milliardaires, patrons de presse à leurs heures perdues : Bernard Arnault (Les Echos, Le Parisien), Vincent Bolloré (Canal+, Europe 1, Le JDD, Paris Match), Martin Bouygues (TF1), ou Xavier Niel (Le Monde, Nice-Matin), etc. Autant de rendez-vous prestigieux qui devraient braquer les projecteurs sur le Sénat dans les prochains jours, alors que la concentration dans les médias s’est considérablement accélérée au cours de la dernière décennie, « à bas-bruit et sans débat public » regrette le sénateur (PS) de Paris. Mais, avant cette série d’interrogatoires, le rapporteur et les membres de la Commission d’enquête dédiée à ce sujet ont rendez-vous, l’après-midi même, avec trois représentants de la presse régionale et locale…

Au sommaire :

  • L’équilibre économique, clé de l’indépendance des journaux ;
  • La concentration, seule issue pour « sauver » les médias ? ;
  • Des restructurations s’arrêtant aux portes des rédactions… ;
  • Les réseaux sociaux, une menace bien plus grande pour la démocratie…

Lire la suite sur Le Courrier des Maires

Laisser un commentaire

Fermer le menu
commodo quis ut Lorem sed venenatis sem, Nullam libero. amet,
×
×

Panier

CIDEFE