DiscriminationLogement

Les discriminations dans l’accès au logement persistent en France

L’Observatoire des Inégalités a mené une opération de « testing » en 2016 sur 5000 annonces immobilières dans 50 grandes agglomérations et a fait le constat que « les personnes perçues comme d’origine étrangère ou de couleur ont moins de chance d’être reçues lorsqu’elles demandent à visiter un logement à louer. Elles doivent chercher plus longtemps. »

Le fait d’avoir un nom de famille d’origine maghrébine ou d’Afrique de l’Ouest réduit fortement la probabilité d’obtenir une visite pour louer un appartement. Selon une opération de testing réalisée en 2016 sur 5 000 annonces immobilières dans 50 grandes agglomérations par une équipe du CNRS, le candidat au nom à consonance française, Sébastien Petit, a reçu 13,9 % de réponses positives pour visiter une offre de location. Avec une candidature tout à fait semblable (en termes d’emploi, d’âge et de nationalité), Mohamed Chettouh, d’origine maghrébine, n’a reçu que 10,1 % de réponses positives, et Désiré Sambou, d’Afrique subsaharienne, 9,4 % seulement. Sébastien a donc 1,5 fois plus de chances que Désiré de visiter le logement.

Ces discriminations sont atténuées lorsque le candidat d’origine étrangère est fonctionnaire, gage de stabilité financière. Mais le taux de réponses positives d’un candidat fonctionnaire au nom maghrébin reste néanmoins inférieur au candidat d’origine française qui ne ferait pas mention de sa situation professionnelle. À l’inverse, un fonctionnaire avec un nom français obtient un taux de réponses favorables record de 43 %. Autre enseignement de ce test : l’âge du candidat et son adresse ne sont pas discriminants…

Lire la suite sur le site de l’Observatoire des Inégalités

Laisser un commentaire

Fermer le menu
felis massa ut Phasellus dolor. ante. ut mattis in velit, justo
×
×

Panier

CIDEFE