Transport

Le Plan mobilité du gouvernement

Nicolas Hulot et Elisabeth Borne ont détaillé, le 20 juillet dernier, les grands axes autour desquels la Loi d’orientation des mobilités devrait s’articuler. Le document présenté « l’Etat s’engage pour la mobilité propre et la qualité de l’air » présente six grands axes visant à créer les conditions favorables à la mobilité propre : collectivités, mobilités actives et partagées, objectifs de la transition écologique des véhicules, développement des véhicules propres, mobilité plus propre au travail, impacts pour le citoyen, l’entreprise et la collectivité.

 

  • Concernant Les collectivités locales :

Nicolas Hulot a insisté sur le rôle croissant des collectivités territoriales dans la transition énergétique du secteur du transport et compte mettre une quinzaine de territoires les plus pollués à contribution.

Ce partenariat  entre l’État et les collectivités locales vise, d’ici fin 2020, au développement des Zones à Faibles Emissions (ZFE) dans les territoires de plus de 100.000 habitants les plus touchés par la pollution de l’air.

L’État a proposé qu’il soit signé le 8 octobre prochain, en invitant également les autres territoires volontaires à se joindre à la démarche.

Dans les zones peu denses, possibilité de favoriser ou de mettre en œuvre des services de covoiturage : financement du service, installation de places de stationnement réservées au covoiturage, par exemple.

 

  • Le nombre de voitures électriques sera multiplié par cinq

Le Plan mobilité vise à multiplier par cinq les ventes de véhicules électriques d’ici 2022 et à stopper la vente des voitures neuves à motorisation thermique d’ici l’horizon 2040.  

Le bonus écologique de 6.000€ versé lors de l’achat d’une voiture électrique sera maintenu à un “niveau élevé”au cours des prochaines années.

Le gouvernement annonce également des mesures visant à renforcer la production et l’approvisionnement du Gaz naturel pour véhicules (GNV) et du bioGNV.

 

  • Les bornes de recharge électrique seront multiplié par cinq d’ici 2022 

Le Plan mobilité vise l’objectif de multiplier par cinq le nombre de points de chargement au cours des cinq prochaines années.

Le gouvernement compte  favoriser la multiplication des points de recharge sur les autoroutes et les routes nationales en sécurisant “la contractualisation entre les gestionnaires d’infrastructures et les opérateurs de bornes de recharge”.

L’augmentation de la prise en charge financière du raccordement des bornes de recharge au sein du budget des réseaux de distribution, la simplification du droit à la prise pour les personnes physiques ou morales utilisant un parking intérieur ou extérieur dans les copropriétés, l’obligation d’équiper les parkings en bornes de recharge lors d’une construction neuve ou lors de rénovations importantes, sont également annoncées.

Pour freiner les ventes de véhicules polluants, le Plan mobilité va durcir les malus automobiles.

Concernant les deux roues, l’État engage avec les acteurs concernés des travaux pour adapter l’ensemble des outils de verdissement des véhicules légers aux spécificités de ces véhicules : par exemple mise en place d’une étiquette énergie ou encore instauration d’obligations minimales d’achat public de deux
et trois roues motorisés à faibles émissions.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Praesent vel, dapibus adipiscing quis, sem, nunc massa elementum
×
×

Panier

CIDEFE