Crise COVID

[Communiqué] « Vaccination : il y a urgence en Seine-Saint-Denis ! »

Dans un communiqué du 30 mars, Patrice Bessac, maire de Montreuil, alerte le Gouvernement sur l’urgence de vacciner en Seine-Saint-Denis et appelle à une augmentation rapide du nombre de doses de vaccin disponibles dans le département.

L’épidémie s’emballe. Nous l’avons vu ces dernières semaines. La Seine-Saint-Denis est particulièrement touchée. Ici, les chiffres suivent tous la même courbe exponentielle. On dénombre aujourd’hui 781 contaminations pour 100 000 habitants et ce taux monte à 1 habitant sur 100 pour la tranche d’âge allant de 30 à 49 ans. C’est trois fois plus que la moyenne nationale et vingt fois plus que le seuil d’alerte. Nos hôpitaux ne peuvent plus absorber ce raz-de-marée : 160 % des lits de réanimation sont déjà occupés.

Ce taux d’incidence est plus élevé en Seine-Saint-Denis, car la Covid touche d’abord les ouvriers, les caissiers, les infirmiers, les premiers de corvée qui vivent dans notre département et sont plus exposés à la contamination sur leur lieu de travail et dans les transports. Il est plus élevé car 30 % des logements sont en suroccupation. Il est plus élevé car notre population est jeune et que nos écoles sont devenues un accélérateur de la propagation du virus.
Pour toutes ces raisons, j’appelle à un changement dans la stratégie vaccinale. Les territoires les plus touchés, la Seine-Saint-Denis en tête, devraient faire l’objet d’une priorisation dans la stratégie de vaccination. Le taux d’incidence devrait être pris en compte.
Parce que le variant britannique est plus contagieux et plus dangereux, parce qu’il envoie des catégories plus jeunes de la population en réanimation, nous devons aussi abaisser le critère de l’âge. Ce même critère qui a fait prendre du retard à la Seine-Saint-Denis dans la vaccination, en plus de la fracture numérique.

Il est aussi urgent de vacciner les enseignants et les agents qui travaillent dans nos écoles. A Montreuil, malgré nos efforts pour renforcer nos effectifs, le fonctionnement du service public est aujourd’hui menacé. Nous le subissons déjà : des cantines sont amenées à fermer le midi et les enseignants absents pour cause de contamination sont de moins en moins bien remplacés.

J’appelle donc le Gouvernement à réagir rapidement en augmentant de façon massive le nombre de doses de vaccin disponibles dans notre département, afin d’ouvrir la vaccination à un plus grand nombre et d’enrailler enfin cette courbe exponentielle des contaminations qui menace nos écoles, notre service public, nos vies.

Source : Ville de Montreuil

Laisser un commentaire

Fermer le menu
elit. dapibus odio nunc luctus mi, dolor. libero. efficitur.
×
×

Panier

CIDEFE