LE FIL DES ÉLU·E·S

Actualité du jour

Crise énergétique : les régions cherchent à compléter les aides de l'État

par | 12.12.22 | Actualité

Les régions tentent de monter en puissance sur le soutien aux entreprises écartées des dispositifs mis en place par l’État pour faire face à la crise énergétique, du fait des conditions d’éligibilité. Revue de détail sur ces initiatives régionales souvent conditionnées à des engagements en matière de transition écologique.

Face à l’ampleur de la crise énergétique, les régions confrontées à leurs propres difficultés ont dans un premier temps hésité à venir en aide à leurs entreprises, laissant l’Etat à la manoeuvre (voir notre article du 17 octobre 2022). Mais la situation devient telle qu’elles sont obligées de monter au front pour compléter les dispositifs nationaux (voir notre article du 27 octobre 2022) dont le fameux « amortisseur électricité », qui ne sera disponible qu’à partir du 1er janvier 2023, pour les petites et très petites entreprises, les collectivités, hôpitaux, universités et associations. Les TPE comme les petites collectivités et les particuliers bénéficient du « bouclier tarifaire » qui permet de plafonner la hausse des tarifs réglementés de gaz et d’électricité (le plafond est fixé à 15% pour 2023). Enfin, les PME peuvent recourir au « guichet électricité » pour payer leurs factures d’électricité. Initialement créé dans le cadre du plan de résilience en mars 2022, le dispositif devait prendre fin au 31 décembre 2022, il va finalement être prolongé en 2023, a annoncé le gouvernement, jeudi 8 décembre, répondant à l’inquiétude grandissante chez les chefs d’entreprise et les collectivités. Pour aider à s’y retrouver, Bercy tient à jour la liste des dispositifs en vigueur.

Mais seules les entreprises répondant aux critères fixés (dépenses d’énergie par rapport au chiffre d’affaires notamment) peuvent percevoir ces aides et il y a parfois des trous dans la raquette, constatent les régions. Ce sont ces entreprises qu’elles ciblent en mettant en place des dispositifs locaux complémentaires, comme elles l’avaient fait pendant la crise sanitaire avec leur fonds « rebond »…

Au sommaire :

  • Le « Pack énergie » normand de 30 millions d’euros ;
  • Jusqu’à 5.000 euros pour les TPE en Île-de-France.

Lire la suite sur Localtis

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous !

Pour recevoir quotidiennement par mail « Le fil des élu·e·s, la lettre d’information du CIDEFE sur l’actualité des élu·e·s et des collectivités ainsi que l’actualité de nos formations.

*en appuyant sur « je m’abonne », vous acceptez que vos données soient traitées par le CIDEFE dans le cadre du Fil des élu·e·s et de la formation.

Organisme agréé par arrêté ministériel du 1er juillet 1994 pour la formation des élu·e·s – Association loi 1901 déclarée à la préfecture de police le 10 octobre 1980 sous le n°80/1796
Siret : 844 317 792 00027 – Numéro de DA : 11 75 63676 75

« Cap Voltaire » – 20, rue Voltaire – 93100 Montreuil

La certification qualité a été délivrée au titre
de la catégorie d’action suivante :
ACTIONS DE FORMATION

Share This
Aller au contenu principal