LE FIL DES ÉLU·E·S

Actualité du jour

Inflation : toutes les petites villes ne sont pas logées à la même enseigne

par | 7.12.22 | Actualité, Finances, Inflation

L’inflation galopante affecte les villes de 2.500 à 25.000 habitants avec une intensité variable, selon une étude de la Banque postale pour l’Association des petites villes de France (APVF). Les marges de manœuvre de ces communes sont très hétérogènes. Les villes de moins de 5.000 habitants sont pénalisées par une part plus lourde des factures d’énergie dans leur budget.

Avec une progression de leurs ressources de 2,9% et, en parallèle, une croissance de leurs dépenses de fonctionnement de 2,8%, les 4.095 petites villes que compte la France ont terminé l’année 2021 en meilleure santé. Leur épargne brute – différence entre les recettes de fonctionnement et les dépenses de fonctionnement – s’est élevée à 5,2 milliards d’euros, en hausse de 3,6%. Ces villes comprises entre 2.500 et 25.000 habitants ont ainsi pu porter leurs dépenses d’investissement (hors remboursements de la dette) à 8,3 milliards d’euros en 2021, soit 314 euros par habitant en moyenne (+ 4,3%). Dans le même temps, l’endettement de leurs budgets principaux a reculé de 2,7% pour atteindre 20,5 milliards d’euros (soit 780 euros par habitant). « La très grande majorité des petites villes avaient, fin 2021, une situation de leur dette qui était tout à fait satisfaisante », selon Luc-Alain Vervisch, directeur des études de la Banque postale, qui présentait à la presse, ce 6 décembre, une étude financière réalisée pour l’Association des petites villes de France (APVF). Par ailleurs, la trésorerie des petites villes a progressé de 13% l’an dernier. En fin d’année, elle s’établissait à 11,4 milliards d’euros (c’est-à-dire 434 euros par habitant).

Mais, si l’année 2021 est celle d' »un vrai rebond » pour les petites villes, elle « cache des disparités très importantes » entre les communes de cette catégorie, a souligné Luc-Alain Vervisch. En témoigne l’hétérogénéité des niveaux d’épargne brute des petites villes, c’est-à-dire les sommes qui permettent de financer une part substantielle de l’investissement et de rembourser les emprunts. Si celle-ci s’établissait à 198 euros par habitant en moyenne en 2021 pour l’ensemble des petites villes, elle ne dépassait pas 122 euros par habitant pour un quart d’entre elles. 43 d’entre elles présentaient même « une épargne brute négative ». Mais, par ailleurs, un quart des petites villes avaient une situation florissante, avec une épargne brute supérieure à 241 euros par habitant…

Au sommaire :

  • é Charges de centralité ;
  • Fermetures de services publics ;
  • Fonds vert très attendu.

Lire la suite sur Localtis

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous !

Pour recevoir quotidiennement par mail « Le fil des élu·e·s, la lettre d’information du CIDEFE sur l’actualité des élu·e·s et des collectivités ainsi que l’actualité de nos formations.

*en appuyant sur « je m’abonne », vous acceptez que vos données soient traitées par le CIDEFE dans le cadre du Fil des élu·e·s et de la formation.

Organisme agréé par arrêté ministériel du 1er juillet 1994 pour la formation des élu·e·s – Association loi 1901 déclarée à la préfecture de police le 10 octobre 1980 sous le n°80/1796
Siret : 844 317 792 00019 – Numéro de DA : 11 75 63676 75

« Cap Voltaire » – 20, rue Voltaire – 93100 Montreuil

La certification qualité a été délivrée au titre
de la catégorie d’action suivante :
ACTIONS DE FORMATION

Share This
Aller au contenu principal