Transport

Verdissement des flottes de véhicules : la transparence s’accélère

Le renouvellement des flottes professionnelles fut au cœur de la loi d’orientation des mobilités (LOM), adoptée fin 2019. Des quotas de véhicules à faibles et à très faibles émissions s’imposent lors des renouvellements de parcs. Gestionnaires publics et collectivités doivent dès maintenant jouer la transparence et publier, comme le prévoit un décret du 29 décembre dernier, le pourcentage de véhicules propres acquis ou loués.

Introduite par la loi sur l’air de 1996, dite « Laure », puis renforcée par la loi de transition énergétique de 2015, l’exigence de renouveler son parc de véhicules avec une part minimale de véhicules à faibles et à très faibles émissions a été tempérée par la faiblesse du taux en vigueur, stagnant à 10% jusqu’à ce que la loi d’orientation des mobilités (LOM) le raffermisse. Cette dernière l’a porté à 50% pour l’État et ses établissements publics (art. 76), et à 20% puis 30% à compter de juillet prochain pour les collectivités, leurs groupements et les entreprises nationales « lorsqu’ils gèrent directement ou indirectement, pour des activités n’appartenant pas au secteur concurrentiel, un parc de plus de vingt véhicules automobiles ». Pour ces deux catégories, il est prévu qu’à compter de janvier 2026, plus d’un tiers des véhicules acquis ou utilisés lors du renouvellement annuel soient à très faibles émissions, conformément aux normes européennes.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
sed dictum risus ut Praesent justo diam Sed libero. risus. accumsan ipsum
×
×

Panier

CIDEFE