ÉgalitéQuartiers populaires

Soutien à l’appel des maires du 14 novembre, pour l’égalité républicaine de nos quartiers prioritaires

Dans un communiqué du 17 novembre 2020, le groupe « Val-de-Marne Ensemble » apporte son soutien à l’appel des maires du 14 novembre, pour l’égalité républicaine de nos quartiers populaires :

Plus d’une centaine de maires de diverses sensibilités politiques dont 7 maires du Val-de-Marne, Fontenay, Ivry, Arcueil, Villejuif, Cachan, Gentilly, Alfortville, viennent de lancer un appel au Président de la République. Ils et elles alertent sur la situation qui se dégrade dans les quartiers les plus pauvres avec la crise du Covid-19 et demandent qu’1 milliard d’euros du plan de relance soit consacré aux territoires prioritaires.

Notre département, ses communes et leurs habitant-e-s sont durement impactés par la crise sanitaire. Ainsi, depuis juin 2020, ce sont plus de 12 500 nouveaux chômeurs, 5 000 bénéficiaires du RSA supplémentaires aux 41 000 déjà inscrits. Face à la pandémie, le Val-de-Marne démontre l’utilité et l’efficacité du couple commune/département pour protéger nos concitoyen.nes. Et pour notre seule collectivité, les dépenses engagées par la crise sanitaire s’élèvent déjà à plus de 20 millions d’euros. « A situation de crise, budget de crise » comme le titrait le Parisien du 20 octobre dernier.

De son côté, le président de la République E. Macron avait annoncé il y a 3 ans, un « grand plan » de mobilisation nationale pour les quartiers populaires. Quid de ce plan ? Création d’un fonds d’urgence pour les associations, rien. Mise en place de comités locaux de solidarité, rien non plus. Fonds de soutien à la création de maisons médicales et de centres de santé, toujours rien.

Quant à la solidarité nationale vis-à-vis des départements pour les aider à faire face à l’augmentation du nombre d’allocataires du RSA… ? Rien… ! Hormis une avance qui reste à rembourser !

L’actualité confirme la volonté gouvernementale de poursuivre les réformes libérales. Il n’a renoncé ni à sa réforme injuste du chômage, ni à celle des retraites que la droite sénatoriale vient de remettre sur le tapis.

Les dispositifs fiscaux prévus dans le plan de relance représentent une véritable aubaine pour les entreprises et leurs actionnaires et ne modifient, ni leurs comportements, ni leurs stratégies en l’absence de contreparties pour l’emploi, la formation ou l’environnement.

Après avoir bénéficié de la réduction de l’impôt sur les sociétés, le patronat obtient des baisses d’impôts à la production – soit 20 milliards de recettes fiscales que les collectivités se sont vu confisquer.

Pour faire face à la crise sanitaire, économique et sociale majeure dans laquelle est plongé notre pays, il est essentiel de réorienter l’investissement public vers une économie plus solidaire, plus écologique et plus locale. Le gouvernement doit entendre les élu.eslocaux quand ils proposent d’injecter en urgence 1 milliard d’euros sur les quartiers populaires. Cela ne représente qu’1% d’un plan de relance national qui tarde à voir le jour. C’est donc sans réserve que nous soutenons l’appel des maires du 14 novembre pour l’égalité républicaine de nos quartiers prioritaires.

Les élu-e-s du groupe Val-de-Marne Ensemble (PCF, FdG, LFI) : Fatiha Aggoune, Alain Audhéon, Corinne Barre, Nathalie Dinner, Christian Favier, Pierre Garzon, Didier Guillaume, Marie Kennedy, Lamya Kirouani, Jeannick Le Lagadec, Flore Munck, Sokona Niakhaté, Evelyne Rabardel, Jules Rosette, Gilles Saint-Gal, Pascal Savoldelli, Hocine Tmimi, Ibrahima Traoré.

Créteil, le 17 novembre 2020.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
id dapibus mattis consequat. vel, Nullam Donec mattis leo vulputate, efficitur. ut
×
×

Panier

CIDEFE