Education

Réouverture des écoles : les élu·e·s communistes et partenaires demandent à l’État de prendre ses responsabilités (Communiqué)

En dépit du fait que la date du 11 mai se rapproche à grands pas, les consignes du gouvernement sur la réouverture des écoles sont toujours entourées du plus grand flou, oscillant entre consignes strictes en dehors de toute réalité de terrain et appel à la débrouillardise. Les prises de parole du Président de la République, du Premier ministre et du ministre de l’Éducation se succèdent sans que les élèves, les enseignant·e·s, les parents et les élu·e·s locaux·ales soient davantage avancés.

 

Cet état de confusion est inacceptable et ressemble à s’y méprendre au comportement du capitaine qui quitterait le navire en pleine tempête, tout en faisant appel au volontariat de l’équipage pour mener le bateau à bon port. Que les lieux d’enseignements publics soient sous la responsabilité des collectivités ne change pas le fait que l’Ecole de la République est par définition une responsabilité de l’Etat.

Alors que les politiques d’austérité, de réduction de postes et de moyens ont aggravé les inégalités scolaires, Emmanuel Macron et son gouvernement entendent maintenant précipiter un retour des élèves en classe au nom de l’égalité… De qui se moque-t-on ?

En réalité, en prétendant faire le choix du « pragmatisme » et de laisser toute latitude « au terrain », Emmanuel Macron et ses ministres se déresponsabilisent et mettent les maires dans une situation intenable. Aussi, de nombreux maires sont contraints — c’est bien compréhensible — de repousser l’ouverture des écoles.

L’Éducation nationale ne doit pas se transformer en éducation municipale, au cas par cas, en fonction des possibilités de chaque territoire. Il en va du respect de l’égalité scolaire pour nos enfants.

 

La reprise de l’école dans de bonnes conditions sanitaires et pédagogiques doit être la priorité absolue du gouvernement.

Ainsi, l’État doit de toute urgence :

  • Remettre à plat son plan de retour à l’école, dans une concertation large dans les plus brefs délais, pour être au plus près des réalités.
  • Prendre ses responsabilités en cessant cet appel permanent inacceptable et irresponsable au volontariat, en clarifiant ses décisions, en annonçant dès maintenant ce qu’il entend mettre en œuvre pour la Rentrée de septembre — notamment sur la question des programmes pour ne pas pénaliser les enfants privés d’école des semaines durant et pour rassurer enseignants et parents —, en gelant les fermetures de classes prévues.
  • Envisager des moyens financiers et humains nouveaux pour accompagner cette crise sans précédent.

 

Il est grand temps que l’Etat assume pleinement son rôle et ses responsabilités.

Voilà ce quels les élus locaux, les enseignants et les parents attendent.

 

La Coopérative des Élu·e·s Communistes et Partenaires

Laisser un commentaire

Fermer le menu
amet, risus Praesent dolor porta. luctus Nullam Lorem
×
×

Panier

CIDEFE