Urbanisme

Refus d’un projet immobilier, le maire peut s’appuyer sur l’atteinte à la sécurité publique

« Aux termes de l’article R. 410-14 du code de l’urbanisme :  » Dans les cas prévus au b de l’article L. 410-1, lorsque la décision indique que le terrain ne peut être utilisé pour la réalisation de l’opération mentionnée dans la demande, ou lorsqu’elle est assortie de prescriptions, elle doit être motivée.  »

Aux termes de l’article R. 111-2 du code de l’urbanisme :  » Le projet peut être refusé ou n’être accepté que sous réserve de l’observation de prescriptions spéciales s’il est de nature à porter atteinte à la salubrité ou à la sécurité publique du fait de sa situation, de ses caractéristiques, de son importance ou de son implantation à proximité d’autres installations « . Il appartient à l’autorité d’urbanisme compétente et au juge de l’excès de pouvoir, pour apprécier si les risques d’atteinte à la salubrité ou à la sécurité publique justifient un refus de permis de construire sur le fondement de ces dispositions, de tenir compte tant de la probabilité de réalisation de ces risques que de la gravité de leurs conséquences, s’ils se réalisent. »

Lire l’intégralité de l’article sur ID CiTé.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
porta. dictum Aenean velit, dapibus felis dolor. adipiscing Lorem
×
×

Panier

CIDEFE