Interco

Projet de loi proximité : les intercommunalités de France et l’AdCF sont en total désaccord avec les amendements visant à revenir sur les compétences intercommunales

Projet de loi Engagement et proximité : les intercommunalités de France appellent les parlementaires à éviter tout détricotage de vingt années d’efforts d’organisation de nos territoires…

Dans un communiqué publié le 8 octobre, l’Assemblée des communautés de France L’AdCF tient à rappeler que l’intercommunalité est aujourd’hui une réalité majeure de la gestion publique locale, au terme de vingt années de réformes qui en ont assuré la généralisation et la montée en puissance dans la mise en oeuvre des politiques publiques. Ce succès a constitué l’une des réformes les plus réussies de notre organisation territoriale. Alors que sont célébrés cette année les 20 ans de la loi Chevènement, toute remise en cause de ses fondements serait une régression.

« Il faut continuer à améliorer la coopération intercommunale mais pour l’approfondir, et non pour revenir en arrière » a déclaré Jean-Luc Rigaut, président de l’AdCF.

Ce texte doit par conséquent contribuer à conforter les synergies entre communes et intercommunalités afin d’assurer un fonctionnement optimal de nos communautés et métropoles au cours des prochains mandats. Le texte doit faire confiance à l’intelligence des territoires et ne pas susciter la défiance entre élus. C’est en ce sens que l’AdCF et les intercommunalités de France font et feront des propositions aux parlementaires tout au long des débats.

Elle évoque « un message très négatif à la veille des prochains mandats » de mars 2020.

 

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Donec sit consectetur massa Aenean nunc
×
×

Panier

CIDEFE