Logement

[Presse] Là où le droit au logement gagne c’est la dignité humaine qui avance !

Le 8 octobre, un marchand de sommeil a été condamné par le tribunal d’Evry-Courcouronnes. Une condamnation dont se félicite la ville de Grigny, qui s’était constituée partie civile.

Propriétaire de deux appartements au sein de la copropriété géante de Grigny 2, une femme de 37 ans a été condamné par le tribunal d’Evry-Courcouronnes à six mois de prison avec sursis. La raison de cette peine : cette dernière louait des appartements à la découpe au sein de la copropriété.

Cette dernière avait fait poser différentes cloisons pour procéder à la division de ses deux appartements. En tout, cinq « micro-logements » ont vu le jour dans le premier d’entre eux, et trois espaces du même type dans le second appartement.

« C’est de l’escroquerie en col blanc, révèle Philippe Rio, le maire de Grigny. Les locataires ne disposaient que d’un logement d’à peine moins de 10 m², avec une salle d’eau et une cuisine communes qu’elle louait entre 400 et 500 euros par mois ». 

D’autres dates de procès concernant des marchands de sommeil à Grigny 2 sont prévues dans les prochaines semaines. Comme le rappelle Philippe Rio, « le combat ne fait que commencer ». Mais une chose est sûre, « la ville se constituera partie civile à chaque fois », conclut-il.

 

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu
CIDEFE
mattis mattis Aliquam venenatis, pulvinar Curabitur Donec