Crise COVID

Point presse du Premier Ministre : Les principales mesures annoncées

Couvre-feu
Le couvre-feu est maintenu pendant au moins quinze jours à 20 heures, et à 18 heures dans les quinze départements où cet horaire est en vigueur depuis une semaine.
Une décision doit être prise ce vendredi 8 janvier quant à une extension de ce couvre-feu dès 18 heures à dix nouveaux départements dans l’Est de la France (seraient concernés: le Haut-Rhin, le Bas-Rhin, la Côte-d’Or, l’Yonne, le Cher, l’Allier, la Haute-Savoie, les Alpes-de-Haute-Provence, le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône).
Cette extension entrerait en vigueur ce dimanche après une concertation menée par les préfets de département avec les élus de ces territoires pour bien analyser la situation

Stations de ski
Les conditions d’une reprise à compter de début février seront concertées avec les représentants de ces secteurs
Le gouvernement souhaite travailler avec eux à l’élaboration d’une méthode d’ouverture encadrée et progressive
Un point sera fait le 20 janvier prochain afin d’examiner en fonction de la situation sanitaire s’il est possible de confirmer la possibilité et les conditions d’une reprise de l’activité à partir de début février

Culture / Sport
Les musées, les cinémas, les théâtres, les salles de spectacle, les équipements sportifs ou de loisirs ne connaîtront dans les semaines qui viennent, aucun assouplissement
Les conditions de la reprise seront étudiées à partir de début février en concertation avec les acteurs concernés, un point étant prévu le 20 janvier. Même chose pour le secteur sportif.

Restaurants et bars
Tous les dispositifs actuels de soutien aux entreprises et professionnels touchés par ces fermetures sont maintenus » (activité partielle, prêts garantis, fonds de solidarité rénové, aides sectorielles) et un éventuel accompagnement complémentaire pourra être envisagé.

Dépistage et suivi – Arrêt de travail immédiat
A partir du 10 janvier, un cas-contact pourra, sur simple inscription sur le site de l’assurance maladie, obtenir un arrêt de travail immédiat, indemnisé et sans jour de carence ; un suivi systématique avec 2 à 3 appels téléphoniques sur 7 jours sera mis en place par l’assurance maladie ;
A partir du 20 janvier, les personnes déclarées positives se verront proposer une visite à domicile par un infirmier.

Vaccination
Une montée en puissance permettra d’atteindre un million de personnes fin janvier
La France a commandé 78 millions de doses qui seront disponibles d’ici l’été, pour les cinq vaccins les plus avancés.
Les directeurs généraux des ARS et les préfets de région sont les garants du déploiement
Les préfets de département seront les patrons des opérations logistiques de vaccination et impliqueront les professionnels ainsi que les élus locaux, les maires en particulier et les présidents d’agglomérations sièges des centres de vaccination. Les organisations retenues pourront varier selon les départements et les territoires

Les étapes de la vaccination :

  • après les résidents et salariés des Ehpad, « les professionnels de santé et les aides à domicile de plus de 50 ans peuvent se faire vacciner depuis lundi. La vaccination est également maintenant ouverte aux personnes handicapées hébergées dans des établissements spécialisés et aux personnels de 50 ans et plus (ou porteurs de comorbidités) qui y travaillent.
    Dès le 18 janvier, la vaccination sera ouverte à tous les plus de 75 ans, avec une procédure simplifiée (un simple questionnaire). La prise de rendez-vous pourra se faire dès la semaine prochaine par téléphone ou internet. Des centres de vaccination seront ouverts dans les semaines qui viennent, d’abord 100 (soit un par département), puis 300, puis 500.
    La 2e dose du vaccin Pfizer pourra être différée jusqu’à 6 semaines.
    La phase suivante concernera la vaccination de 7 millions de plus de 65 ans. Cette vaccination à grande échelle pourra aller bien plus vite, directement en ville.
    Ensuite, de 12 à 14 millions de Français pourraient être vaccinés à la mi-avril. « 

Volonté des régions de passer elles-mêmes commande de vaccins en complément des commandes de l’Etat  ?
« La fourniture de doses suscitait de très fortes tensions au niveau mondial, et les commandes de l’Etat français ont fait l’objet de préaccords dès juin dernier et il n’est pas certain que cette intention louable puisse se concrétiser à court terme ».

Source : ID CiTé

Laisser un commentaire

Fermer le menu
massa Lorem Donec libero ut dapibus
×
×

Panier

CIDEFE