NumériqueVilles/Villages

[Point de vue] La reconnaissance faciale entre safe city et Big Brother

Aux niveaux européen et national, plusieurs propositions émanent pour encadrer et réglementer l’usage de l’intelligence artificielle et notamment de la reconnaissance faciale. Quels pourraient être les contours de la safe city de demain ?

Qu’il s’agisse de “l’écartement des yeux, des arrêtes du nez, des commissures des lèvres, des oreilles, du menton”, nos visages n’ont plus de secrets pour les algorithmes de reconnaissance faciale, comme l’égrène l’industriel de haute technologie Thales, dans un article sur “la reconnaissance faciale : 7 tendances à suivre en 2021”. Cette technologie, en plein essor, donne lieu à de nombreuses polémiques et alimente les craintes au regard des droits fondamentaux.

L’Union européenne est prise en étau entre d’une part les Etats-Unis, où l’usage décrié qu’en font les forces de l’ordre conduit à des moratoires annoncés par Amazon, IBM et Microsoft, et la Chine d’autre part, à base de surveillance permanente alimentant un système de notation des citoyens basé sur la collecte de données grâce à l’IA et la reconnaissance faciale. Elle cherche péniblement à inventer une troisième voie reflétant ses valeurs. Dernière tentative en date : le projet de réglementation de l’IA et, in fine, de la reconnaissance faciale, que vient de rendre la Commission européenne. Une très large partie de ce texte consiste à définir le niveau de risques et à baliser les usages acceptables ou non, ainsi qu’à prévoir quelques exceptions. Une nouvelle posture, à rebours du moratoire initialement envisagé l’an dernier…

Au sommaire :

  • Sécuriser le cadre juridique pour tous les acteurs
  • Sensibiliser les collectivités
  • Prôner un usage « éthique »
  •  Distinguer les usages
  • Légitimation et acceptabilité

Lire la suite sur La Gazette des Communes

Laisser un commentaire

Fermer le menu
elementum id, mi, luctus tristique Phasellus libero Sed at non quis,
×
×

Panier

CIDEFE