Précarité

[Point de vue] « La crise sème la misère, les élus récoltent la colère »

Pour toute une partie des travailleurs précaires issus des classes populaires et d’une partie des classes moyennes, la stabilité de l’emploi à laquelle ils aspiraient est devenue un vain mot dans le cadre de la crise sanitaire. Mais, en touchant de nouveaux publics n’ayant parfois jamais eu recours de leur vie à l’aide sociale, la crise sociale déboussole aussi les élus locaux. Car, sur le terrain, la colère gronde. Si ce climat d’anxiété venait à s’épaissir au cours des prochains mois, les conséquences sociales et politiques pourraient vite se révéler dramatiques.

Le chômage et la pauvreté n’ont rien de nouveau à Saint-Eloy-les-Mines, tant l’ancien bassin minier du Puy-de-Dôme a tardé à faire sa reconversion industrielle… Et pourtant ! Confronté à des travailleurs précaires se croyant à l’abri du besoin jusqu’au non-renouvellement de leurs contrats, des « invisibles » ignorant souvent leurs droits sociaux, le jeune maire de cette petite ville des Combrailles, Anthony Palermo, avoue s’être retrouvé démuni. Par la situation en tant que telle, et les réactions de ces nouveaux pauvres, aussi. « La plupart viennent à reculons au CCAS ou Secours populaire. Ils ne consentent pas à vivre sur le dos de la société. On les entend répéter qu’ils ont toujours travaillé, eux, ou dénoncer qu’« on » donne toujours aux mêmes… sans savoir qu’ils pourraient bénéficier de prestations. »

En Gironde, le président du conseil départemental Jean-Luc Gleyze. entend un discours similaire : « Des actifs précaires comme des retraités modestes nous reprochent d’en faire trop pour les personnes ayant peu, et pas assez pour les gens comme eux. Mais je ne crois pas que l’on se mobilise davantage sur l’extrême pauvreté que la précarité. Le problème, c’est que certains petits indépendants ou agriculteurs en difficulté ne solliciteront jamais les aides sociales pour lesquelles ils ont cotisé, tant ils ont une vision péjorative et dégradante de la solidarité. »…

Lire la suite sur Le Courrier des Maires

Laisser un commentaire

Fermer le menu
risus Praesent tempus libero neque. amet, lectus dictum Nullam diam ipsum
×
×

Panier

CIDEFE