Vu dans la presse

[Point de vue] Entretien avec Julia Cagé : « L’influence disproportionnée des plus riches sur le débat démocratique »

Pour donner une place aux catégories populaires dans la vie politique, l’économiste Julia Cagé propose de repenser le financement des campagnes électorales et d’introduire la mixité sociale sur les bancs de l’Assemblée nationale. Entretien extrait du magazine Sciences Humaines.

Comment en êtes-vous venue à vous intéresser au financement de la vie politique ?

En 2015, quand j’ai publié Sauver les médias, j’ai défendu la thèse selon laquelle il fallait beaucoup mieux encadrer l’actionnariat des médias, parce que les posséder donnait un poids politique disproportionné à une poignée de personnes fortunées. Au cours de mes recherches, je me suis aperçue que cette influence disproportionnée des plus riches sur le débat démocratique, loin d’être cantonnée au secteur de la presse, se retrouve également dans le financement des partis et des campagnes politiques.

J’ai donc commencé à collecter des données sur la France : qui donne, combien et à qui ? Puis j’ai élargi mon analyse à d’autres pays pour mettre en lumière l’influence de l’argent privé sur nos démocraties.[…] Notre système est plus équilibré qu’aux États-Unis ou qu’en Allemagne. Il réussit à combiner régulation des dépenses, plafonnement des dons et financement public ; et pourtant, les dons privés sont tels dans notre pays qu’une poignée d’individus aisés capturent pour partie le jeu politique…

Lire la suite sur le site de l’Observatoire des inégalités

Laisser un commentaire

Fermer le menu
porta. eleifend leo. luctus vulputate, venenatis elementum vel,
×
×

Panier

CIDEFE