Pauvreté

Pauvreté : les annonces du Premier Ministre en décalage avec la vraie vie ! – Déclaration de Gilles Leproust

Dans une déclaration du 27 octobre, Gilles Leproust, Maire d’Allonnes et Secrétaire Général de Ville & Banlieue de France réagit aux mesures annoncées par le Premier ministre pour lutter contre la pauvreté :

Jean Castex, le Premier Ministre, a annoncé samedi des mesures gouvernementales destinées à lutter contre la misère. Je partage la réaction de l’association ATD Quart Monde qui a déclaré : « Des mesures-pansement, déconnectées de la vie des gens, loin d’être à la hauteur de la situation ». Ce constat est dur… Mais il correspond à la réalité du terrain lorsque nous savons qu’un million de personnes a basculé dans la pauvreté depuis le début de la pandémie.

Prenons la réalité allonnaise : le nombre de repas servis par les Restos du Coeur est passé de la campagne de l’hiver dernier aux distributions actuelles de 42 492 repas à 86 767 soit 102 % d’augmentation ! Pour leurs collègues du Secours Populaire, la hausse des bénéficiaires est de 21 %. Le Secours Catholique a vu, pour sa part, les familles concernées par leur épicerie sociale multipliées par 2. Un dernier chiffre aussi significatif de la situation sociale dégradée, le nombre de chômeurs est passé de 1 283 au 31.12.19 à 1 428 au 1.10.20 soit une progression de 11,30 %. Derrière ces chiffres, n’oublions jamais qu’il y a des femmes et des hommes qui souffrent, qui ne savent pas de quoi sera fait le lendemain.

Une des pistes mises en avant par le Premier Ministre est l’insertion par l’économique et il ajoutait : « c’est la philosophie du gouvernement ». A la limite, nous ne pouvons qu’être d’accord sur ce positionnement… Mais le problème est que cela est complètement décalé par rapport au vécu du terrain.

Prenons une nouvelle fois, l’expérience allonnaise. Pour mettre en oeuvre cette démarche, faut-il qu’il y ait des entreprises dynamiques. Cela est loin d’être le cas dans ce contexte. Notre territoire est sous le coup de l’annonce de 90 licenciements dans l’entreprise TE Connectivity et de la fermeture en 2023 de l’entreprise Essilor et du désespoir des 70 salariés.

Le gouvernement doit vraiment entendre les appels au secours. Il n’a pas hésité à mobiliser 100 milliards pour son plan d’urgence. Une partie de cet argent doit être utilisée pour relever d’une manière significative les salaires, en commençant par le SMIC. Les retraites, ainsi que les minimas sociaux, doivent également être revus à la hausse, sans oublier la création du RSA pour les moins de 25 ans. Les habitants ne demandent pas l’aumône, ils veulent pouvoir vivre dignement.

Il y a urgence, la situation devient catastrophique. En effet, la pauvreté touche de plus en plus de foyers, notamment les personnes vivant dans les quartiers prioritaires qui sont des « travailleurs pauvres », souvent en emploi précaire. Ce sont celles et ceux qui ont continué à travailler pendant le confinement pour le bien de tous.

J’étais hier à la rencontre des bénévoles et des bénéficiaires des Restos du Coeur à Allonnes, ce sont des appels au secours que j’ai entendus.

C’est un enjeu, une responsabilité, pour notre République que de relever ce défi.

Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, prenez vos responsabilités, écoutez l’appel des acteurs de terrain, n’attendez pas qu’il soit trop tard.

Derrière cet appel, il n’y a aucune arrière-pensée, mais seulement un maire profondément inquiet qui relaie les souffrances de ses concitoyens.

Télécharger le communiqué

Laisser un commentaire

Fermer le menu
venenatis, vel, Donec ut eleifend ut nunc odio felis id
×
×

Panier

CIDEFE