Égalité

Mandats locaux : les femmes plus nombreuses, sauf aux postes de direction

Trois femmes sont présidentes d’un conseil régional, douze sont maires d’une ville de plus de 100 000 habitants. Malgré la parité imposée par la loi, la direction des assemblées locales reste encore peu accessible aux femmes.

Depuis les élections de 2020, la part des conseillères municipales est de 42,4 %, toutes tailles de communes confondues, contre 40,3 % en 2014. En six ans, la progression n’est pas spectaculaire… Les femmes représentent près de la moitié (48,5 %) des conseillers municipaux des villes de plus de 1 000 habitants, celles soumises aux contraintes de la loi sur la parité, selon les données de la Direction générale des collectivités locales du ministère de l’Intérieur. Dans les communes plus petites, où la parité n’est pas obligatoire, leur part est de seulement 38 %, un chiffre en augmentation de quatre points tout de même par rapport aux élections de 2014.

Lorsque les conseils municipaux élisent leur maire, les femmes disparaissent. Malgré les chiffres encourageants et la présence d’une femme à la tête de la plus grande ville de France (Anne Hidalgo à Paris), à peine 20 % des maires sont des femmes. Elles occupent ce poste dans 6 858 communes sur 35 600. Une augmentation de 2,8 points néanmoins par rapport aux élections précédentes, soit 1 000 femmes maires de plus. La progression est nette dans les très grandes villes : 28,6 % d’entre elles sont dirigées par des femmes, contre 16,7 % en 2014. Mais on est encore loin de la parité. Au rythme actuel, elle ne serait atteinte qu’en 2032, dans deux mandatures, mais la tendance est positive…

Lire la suite sur l’Observatoire des inégalités

Laisser un commentaire

Fermer le menu
in Donec id, lectus commodo dictum vel, venenatis id diam
×
×

Panier

CIDEFE