Politique

5 mesures pour relancer la construction de logements abordables

La Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI) se rallierait-elle aux propositions des élu·e·s communistes et républicain·e·s ?

Communiqué des maires et élu·e·s en charge de l’aménagement et de l’urbanisme

« Il faut soutenir les maires bâtisseurs, ce sont eux qui ont les clés du choc de l’offre. L’Etat doit accompagner les maires dans leur stratégie de développement de leur ville, en soutenant leurs dépenses liées aux équipements publics. S’ils n’ont pas les moyens, ils préféreront ne rien faire plutôt que de mal servir leur population ».

Ces paroles sont celles d’Alexandra François Cuxac, Présidente de la FPI, constatant aujourd’hui un ralentissement du rythme de production de logements, notamment en Ile-de-France, ainsi que l’envolée historique des prix de l’immobilier, principalement dans le parc de logements anciens.

Maires et élu·e·s communistes et républicain·e·s en charge de l’aménagement et de l’urbanisme dans des communes de la métropole parisienne, nous nous félicitons de cette prise de conscience de la FPI qui, bien que tardive, démontre la justesse des propositions et actions menées dans nos villes depuis plusieurs années, à travers les chartes de la construction, pour encadrer et réguler le marché de l’immobilier. Ces mesures, loin de ralentir la production de logements neufs comme le prétendait la FPI il y a trois ans, permettent d’accompagner la transformation de nos territoires pour répondre au besoin de logements en Ile-de-France, en garantissant une offre de logements sociaux et en accession à la propriété accessibles au plus grand nombre, de haute qualité environnementale et architecturale et répondant aux enjeux écologiques de notre temps.

Là où les collectivités agissent, là où les maires se mobilisent et apportent des réponses concrètes à la crise du logement, l’État ne peut ignorer l’effort produit et la nécessité de les accompagner dans le financement des infrastructures, des équipements publics et des espaces de nature en ville nécessaires.

Jusqu’ici hostile aux politiques de lutte contre la spéculation menées par nos municipalités avec les chartes de la construction, le plafonnement des prix de sortie ou encore l’imposition de normes sociales et environnementales, la FPI change aujourd’hui de discours au point de dénoncer, comme nous le faisons depuis longtemps, les « terrains trop chers » qui fragilisent « l’équilibre des opérations ».

Au-delà des paroles, il est désormais temps d’agir. Il est temps que se mette enfin en place une réelle politique publique nationale ambitieuse et responsable pour le droit au logement de tou·te·s.

Nous proposons 5 mesures afin de relancer tout de suite la construction de logements abordables :

• Revalorisation de l’aide aux maires bâtisseurs à hauteur de 10 000 € par logement ;
• Mise en place d’un dispositif d’encadrement des valeurs foncières et immobilières, sur le modèle de l’encadrement des loyers ;
• Mise à disposition systématique des terrains appartenant à l’Etat et aux entreprises publiques au bénéfice des communes souhaitant construire du logement social ;
• Doublement des pénalités financières pour les communes ne respectant pas la loi SRU et inéligibilité pour les maires qui se mettent hors-la-loi ;
• Mobilisation de nouveaux moyens pour le financement du logement abordable par le rétablissement de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (+3 Md€) et l’abrogation des dispositifs de soutien à l’investissement locatif (Pinel…), coûteux et inefficaces.

Nous appelons tous les acteurs de la fabrication de la ville, citoyen·ne·s, élu·e·s, professionnel·le·s, à soutenir ces propositions pour pousser le gouvernement à agir : il y a urgence !

 

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu
CIDEFE
vulputate, efficitur. ut Praesent mattis felis id,