Politique de la villeQuartiers populaires

Les maires de banlieue en attente de transparence

Ils l’avaient annoncé : les maires de communes populaires signataires d’un appel le 14 novembre dernier, suivent de près la mise en œuvre des mesures annoncées en Conseil interministériel des villes le 29 janvier pour 3,3 Mrd €. Une visio-conférence a réuni 70 d’entre eux le 3 mai pour un bilan en demi-teinte : pour nombre de mesure, aucune méthode de déclinaison territoriale n’est encore en vue, tandis que pour d’autres, des décisions sont prises sans concertation, regrettent les élus.

Quel bilan tirer des mesures gouvernementales en faveur des banlieues ?

Quelque 70 maires ou leurs adjoints, de tous bords politiques, de villes de tailles très différentes, situées ou non en quartiers politique de la ville, se sont connectés, le 3 mai, pour évaluer les effets des dispositions prises en janvier dernier à l’occasion du Comité interministériel des villes. Ces élus figurent tous parmi les 200 signataires de l’Appel du 14 novembre qui avaient jeté un pavé dans la mare en interpellant le président de la République sur la situation très dégradée des quartiers et demandait à flécher 1% du plan de relancer vers leurs territoires.

En ligne de mire de cette réunion bilan : un deuxième CIV que Matignon annonce pour octobre ou novembre…

Au sommaire :

  • 67% de maires insatisfaits des comités territoriaux ;
  • Rénovation urbaine : pas de nouveaux quartiers ;
  • Des répartitions « à l’aveugle » ;
  • Des rendez-vous « sécurité » et « finances locales ».

Laisser un commentaire

Fermer le menu
dictum ultricies eleifend venenatis, mattis dolor. Praesent
×
×

Panier

CIDEFE