justice

Les magistrats dénoncent la mainmise inacceptable du politique sur l’organisation de la justice

Les magistrats ont fait part de leur consternation et leur stupéfaction après la divulgation par le Canard enchaîné d’une note confidentielle selon laquelle la Chancellerie envisagerait de maintenir ou supprimer des postes de juges en fonction des résultats électoraux de LREM.

Cette note indique en effet que le ministre de la Justice a sollicité une réunion avec l’un des conseillers du Premier ministre et les experts des élections municipales pour connaître les villes potentielles cibles électorales et de ce fait différer les annonces de la carte judiciaire.

Cette nouvelle organisation, menée en catimini, porte gravement atteinte au principe fondamental de l’indépendance de la justice.

Nombres de parlementaires et d’élu.e.s exigent que les critères de l’éventuelle réforme de la carte judiciaire soient strictement objectifs et fondés sur les besoins de la population.


L’Union syndicale des magistrats et le Syndicat de la Magistrature ont raison d’exiger que tous les projets de suppression fassent l’objet d’un argumentaire détaillé en toute transparence avec les acteurs locaux de la justice au lieu de faire une scandaleuse instrumentation de la justice, à des fins politiques.

Les besoins de justice sont importants, il ne saurait être question d’y pallier uniquement en fonction des scores électoraux de la majorité en place. Force est de constater qu’on est bien loin de la République exemplaire que prônait le Président de la République.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
odio venenatis, sit ut neque. ut commodo felis libero suscipit
×
×

Panier

CIDEFE