Logement

Les HLM mettent en demeure Airbnb d’améliorer l’information des locataires, notamment Hlm, sur les risques encourus

Dans un courrier envoyé aux trois principales plateformes de location, Airbnb, Le Bon Coin et PAP, l’Union sociale pour l’habitat (USH) et l’AORIF – qui regroupe l’ensemble des bailleurs sociaux franciliens – mettent en demeure trois plateformes de locations de logements d’améliorer leur information aux locataires du parc social, leur rappelant l’interdiction de mettre en location le logement social occupé, sous peine d’importantes sanctions.

L’Union sociale pour l’habitat et l’AORIF demandent que les plateformes de location renforcent l’information et la responsabilisation de leurs utilisateurs, et principalement des personnes qui mettent en location leurs logements sociaux. Elles demandent notamment que ces plateformes rappellent explicitement et clairement l’interdiction générale de sous-location qui prévaut sur le territoire national.

L’USH et l’AORIF demandent :

  • L’introduction d’une case à cocher par laquelle l’utilisateur de la plateforme confirme que son logement n’est pas un logement Hlm ;
  • La visibilité accrue de l’alerte sur la réglementation Hlm dans la documentation ;
  • L’ajout d’une précision, indiquant que l’interdiction de sous-louer s’applique également en sous-location partielle à l’exception du cas des locataires qui s’engagent dans une démarche d’accueillant familial non lucrative, avec un contrat spécifique, en faveur des publics âgés ou handicapés.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
ut in id eget ultricies nunc
×
×

Panier

CIDEFE