Inégalités

L’accès aux vacances progresse, mais des inégalités perdurent

Les Français sont de moins en moins nombreux à indiquer qu’ils n’ont pas les moyens de partir une semaine en congés. Mais les écarts demeurent entre milieux sociaux. Sept millions de personnes très modestes n’ont pas assez d’argent pour quitter leur domicile le temps de vacances.

De moins en moins de Français indiquent qu’ils n’ont pas les moyens de s’offrir des congés une semaine par an hors de chez eux. Ils étaient 34,8 % en 2004 et ne sont plus que 23,8 % en 2019, onze points de moins, selon l’Insee. La situation s’est améliorée pour les catégories modestes : parmi les ménages appartenant aux 20 % des plus bas revenus, la part de ceux qui estiment ne pas avoir les moyens de partir une semaine a baissé de 64,3 % à 54,5 % au cours de la période. Le même indicateur est passé de 10,8 % à 3,6 % chez les 20 % les plus aisés. Le phénomène est d’autant plus remarquable que la période 2008-2014 a été marquée par une forte crise économique.

La tendance va dans le bon sens, mais des inégalités perdurent. Suivant l’indicateur utilisé, le jugement n’est pas le même. D’un côté, l’écart entre la part de ceux qui disent ne pas avoir les moyens de partir chez les classes aisées et celle des classes modestes a légèrement diminué, de 53,5 % à 50,9 %. De l’autre, le rapport entre ces deux indicateurs est passé de 6 à 15 : en 2019, la part de ceux qui disent ne pas avoir les moyens de partir parmi les 20 % les plus modestes est 15 fois plus élevée que celle des 20 % les plus aisés. En 2004, le même rapport était de un à six…

Lire la suite sur le site de l’Observatoire des inégalités

Laisser un commentaire

Fermer le menu
libero ante. luctus venenatis, pulvinar felis
×
×

Panier

CIDEFE