Urbanisme

La crise sanitaire, sale temps pour l’urbanisme tactique

Pour répondre aux impératifs de distanciation sociale dus à la crise sanitaire du Covid-19, les villes ont repensé leurs espaces publics, dans l’urgence. En principe, l’urbanisme tactique fait référence aux méthodes participatives de produire la ville. Dans ce cas, ces aménagements ont été décidés sans concertation. Les métropoles, mais aussi certaines villes moyennes, ont créé des pistes cyclables temporaires, réduit les places de stationnement « voiture » et aménagé des zones piétonnes.

« Il semble que la production de la ville soit devenue si simple qu’il suffirait de poser des plots au bord d’une route pour résoudre les problèmes de nos métropoles. L’urbanisme tactique est mis en avant comme une solution plus souple pour produire des résultats rapides. Mais la confusion entre rapidité et urgence, entre temporaire, tactique, réversible et transitoire semble devenir la règle. […] Si le post – Covid-19 pose des questions essentielles sur notre capacité à changer de modèle, s’il nécessite des solutions d’urgence, il ne doit pas faire oublier la grande complexité de la production de la ville. » Ainsi réagissait Julien de Labaca, consultant, spécialiste des mobilités, aux aménagements, en particulier, des pistes cyclables mises en place lors du déconfinement et théorisées comme de l’urbanisme tactique…

Lire la suite dans La Gazette des Communes

Laisser un commentaire

Fermer le menu
dolor. nunc ut odio diam libero ut facilisis risus.
×
×

Panier

CIDEFE