Politique

Ian Brossat prend le relais de Patrice Bessac à la présidence de l’association nationale des élus communistes et républicains

Ian Brossat, maire adjoint de Paris en charge du Logement, est devenu le nouveau président de l’Association nationale des élus communistes et républicains (ANECR).

Son élection a eu lieu à Paris à l’occasion du 19e congrès de l’association. Il succède à Patrice Bessac, maire de Montreuil (93).

L’Humanité du jour en fait un compte-rendu (Extrait) :

À moins de six mois des élections municipales, le rythme des déclarations de candidatures s’accélère mais tout n’est pas encore ficelé, tant s’en faut. Le calendrier se resserre mais les élus communistes et républicains ne désespèrent pas de faire entendre leur message. Réunis à Paris ce week-end pour le congrès de leur association, l’Anecr, ils ont lancé un appel au rassemblement à l’intention des citoyens et des autres formations de gauche. Face à un « président de la République (qui) poursuit la construction raisonnée mais dangereuse d’un paysage où la seule alternative » serait « l’extrême droite » et face à « l’absence de réponse aux défis environnementaux et sociaux », « les élus locaux ont un très grand rôle à jouer », assure, dès l’ouverture des travaux, Patrice Bessac, le maire de Montreuil (Seine-Saint-Denis) et président sortant de l’Anecr….

Cet article a 1 commentaire

  1. Quelle satisfaction de voir un élu expérimenté en charge du logement prendre la responsabilité d’une telle association, tellement cette question est importante et ressentie comme telle par beaucoup, parmi tant d’autres bien sûr.
    Pourtant, personnellement, élu durant 13 ans d’une commune rurale, j’y apporterais quelques bémols, ayant fortement vécu combien les questions du logement, de l’accès au foncier et à l’habitat, et les règles qui les régissent, étaient marquées par une vision citadine, urbaine disons… Ce n’est en rien péjoratif et celà concerne au premier chef une majorité de personnes…, mais qu’en est-il des petites communes rurales (parfois même encore majoritairement agricoles) ?
    Au niveau de l’habitat et du logement, du point de vue personnel, familial, professionnel et vie sociale, chacun rencontre à peu près les mêmes soucis et difficultés, si l’on met à part l’accès au foncier. Mais les contextes sont très différents. Et la perception, ainsi que les moyens d’action des élus, pour ceux qui s’en préoccupent tant soit peu, les appuis dont ils disposent (ou pas) ne sont pas du tout les mêmes, et sont loins de se résumer à la question du « logement social ». Certaines règles paraissant équitables peuvent même se révéler inefficaces et contre-productives si elles ne sont pas segmentées et hiérachisées en fonction des contextes, en y adaptant les moyens. Au niveau local, l’élitisme en matière d’urbanisme notamment, dispose de ficelles nombreuses et diversifiées. Essayons de les dénouer pour favoriser l’accès au foncier, au logement et à l’habitat aux jeunes et personnes modestes…
    Cordialement

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Aenean Donec suscipit adipiscing felis odio Sed mattis ut ante. id,
×
×

Panier

CIDEFE