Urbanisme

Feu vert au projet de rénovation de la Gare du Nord (Paris) : « la signature de ce permis de construire n’est rien d’autre qu’un pied de nez aux électeurs »

Dans un communiqué du 7 juillet 2020, les élus communistes du 10ème arrondissement de Paris dénonce le feu vert donné ce 7 juillet au volet commercial du projet controversé de rénovation et de transformation de la Gare du Nord, à Paris :

« Le 6 juillet, le Préfet de la Région Ile de France a signé le permis de construire du projet « Gare du Nord 2024 ». Deux ans après sa présentation, presque jour pour jour, une nouvelle étape vient d’être franchie.

Depuis juillet 2018, les communistes du 10ème n’ont cessé de dénoncer ce projet qui prévoit la privatisation des espaces de la gare, une multiplication par 5 des espaces de commerces et d’activités, l’édification d’un énorme bâtiment de 300 mètres de long et de 5 étages sur la gare des bus ou encore la création d’une salle de concert de 2 800 places. Cette multiplication d’activités va générer des concentrations de personnes, en contradiction avec les contraintes sanitaires en cas de nouvelles pandémies. Elle va entrainer également une augmentation de tous les flux de circulation (voitures, taxis, camions, deux-roues motorisés…) dans un quartier déjà totalement asphyxié. Un exemple de projet non « intégré » dans la ville et une aberration sur le plan écologique !

Le projet ne répond pas également aux attentes d’amélioration du confort des voyageurs, vocation essentielle d’une gare.  Toutes les études ont montré que la création d’un hall « départs » au 1er niveau entrainerait un rallongement des temps de trajet des voyageurs. Le projet n’apporte pas non plus d’amélioration au niveau des liaisons entre les différents modes de transports, une attente forte des usagers franciliens du quotidien.  Les communistes n’ont cessé de demander également la multiplication des guichets de ventes de billets et d’information, la création de nouveaux services publics.

Ils ont également demandé l’ouverture de la Gare vers le Nord, afin de favoriser le lien avec le 18ème et l’accès au « nouveau Lariboisière », à la Promenade urbaine et au métro La Chapelle.

Les communistes se félicitent que nombre de ces revendications aient été reprises par des organisations politiques ou associatives.

Lors de la campagne municipale, Anne Hidalgo et Alexandra Cordebard se sont clairement exprimées contre ce projet. Aujourd’hui, la signature de ce permis de construire n’est rien d’autre qu’un pied de nez aux électeurs qui se sont prononcés à 68% dans le 10ème en faveur de la liste, conduite par Alexandra Cordebard, qui portait l’opposition à ce projet.

A l’exception de l’augmentation de nombre de places dans la station vélos (3 000 au de 1 200 initialement), aucune des demandes de la ville formulées à l’issue de la commission d’enquête n’a été prise en compte par les promoteurs du projet.

Un tel passage en force est inacceptable. Pire encore, Ceetrus annonce d’ores-et-déjà vouloir débuter les travaux dès la fin du mois de juillet 2020, alors que des associations de riverains, la Mairie de Paris s’apprêtent à contester en justice la délivrance du permis de construire.

Au déni social, au déni environnemental, au déni démocratique s’ajoute un déni de justice.

Le 10ème ne peut pas être le lot de consolation d’Auchan après l’abandon d’Europacity. Les habitants et les usagers quotidiens de la gare méritent mieux. Les communistes du 10ème poursuivront le combat, avec toutes celles et tous ceux qui le souhaitent, pour mettre ce projet en échec et proposer un autre projet de rénovation de la Gare du Nord.

Laurence Patrice, Conseillère de Paris
Elie Joussellin, Conseiller d’arrondissement
Philippe Guttermann, Conseiller d’arrondissement »

Laisser un commentaire

Fermer le menu
elementum Aenean commodo ut sed id, nunc leo. elit.
×
×

Panier

CIDEFE