Crise COVIDSport

Fermeture des salles de sport : cacophonie juridique

Dans plusieurs départements, les professionnels du secteur des salles de sport ont déposé des recours devant les tribunaux administratifs pour contester les arrêtés préfectoraux leur imposant de fermer. Problème : d’un département à l’autre, les juges ont pris des décisions radicalement différentes.

D’un côté, Rennes et Paris, où les tribunaux administratifs ont entendu les arguments des gérants de salles de sport et demandent aux préfets de revoir leur copie. De l’autre, Bordeaux, Nice, Lille et Rouen, où la décision a été exactement l’inverse. Il n’est pas facile de s’y retrouver, ce matin, dans la vision de chacune de ces cours de l’application du droit. En encore, on ne connaît pas encore toutes les décisions, quand de tels référés ont été déposés dans une vingtaine de départements.
Ce qui est sûr en revanche, c’est que la situation des 7000 salles de sport privées du pays (fitness, gymnastique, escalade, etc.) est très fragilisée par le confinement. Les propriétaires des salles regardent avec beaucoup d’angoisse la perspective de devoir fermer à nouveau, surtout dans cette période de rentrée où, selon les professionnels du secteur, interviennent « 30 % des abonnements ». Selon leurs estimations toujours, ce serait « un millier de petites salles » qui pourraient fermer en cas de deuxième fermeture…

Lire la suite sur le site de l’AMF

Laisser un commentaire

Fermer le menu
eleifend Donec vulputate, consequat. facilisis quis, odio ante. sed
×
×

Panier

CIDEFE