Crise COVIDEnquête d'opinionSanté

[Étude] Les Français comptent plus que jamais sur l’hôpital et les personnels hospitaliers pour les protéger… mais ils sont eux-mêmes en souffrance

Une étude Odoxa pour MNH, Le Figaro santé, France Info et la Chaire Santé de SciencesPo publiée le 6 septembre pointe notamment du doigt un attachement certain à l’hôpital public et au personnel hospitalier.

Les enseignements de l’enquête :

  • Le virus inquiète les Français (77%) comme les soignants (84%), mais ils font confiance aux acteurs de la santé et au système hospitalier : 92% font ainsi confiance aux médecins et 96% aux infirmières. Plus de 8 Français sur 10 sont aussi reconnaissants envers le système hospitalier d’avoir su faire faire face à la crise sanitaire au printemps dernier.
  • Malheureusement, alors que pour 2 Français sur 3 (63%), l’avenir des établissements de santé constitue un enjeu de société majeur pour l’avenir, 8 Français sur 10 et 9 soignants sur 10 ont le sentiment que l’hôpital public français est en danger et estiment que la qualité des soins qu’ils fournissent va se détériorer à l’avenir.
  • Les Français comme les PH sont 8 sur 10 à penser que les moyens humains, financiers et matériels dont disposent actuellement les hôpitaux publics sont insuffisants. Par ailleurs, le lien de l’hôpital avec son environnement est jugé défaillant par les PH tout comme le parcours de soin des patients (67%) ou encore le niveau de préparation et de formation des professionnels de l’ambulatoire.
  • Les professions de santé font toujours rêver les Français (71% recommanderait à leur enfant d’être médecin) et jouissent d’une bonne image auprès de leurs collègues… mais les trois-quarts des PS/PH ne recommanderaient pas à leurs enfants d’exercer leur métier.
  • Toutes les dimensions du métier de PH sont jugées en dégradation : aussi bien les conditions de travail (84%), que la rémunération (71%) ou encore l’intérêt du métier (85%). Les PH sont convaincus que leur travail n’est pas reconnu à sa juste valeur (82%) et qu’ils ne disposent pas de perspectives d’évolution motivantes (74%). Résultat, l’insatisfaction au travail des PH ne cesse de progresser passant de 36% en novembre 2017 à 56% aujourd’hui.
  • Les conséquences de cette image abîmée et de cette insatisfaction au travail des PS sont lourdes : ils ne passent pas assez de temps avec leur famille (67%), ce qui génère des tensions avec elle (60%) et ils courent aussi des risques de burn-out bien plus importants que les autres (65% vs 39%).
  • Le Ségur de la santé ne permettra guère de « réenchanter » ces professions : ni les Français (72%), ni les soignants (49%) ne sont au courant de ce qu’il comporte et ils jugent insuffisantes (85%) les avancées qui ont été proposées, y compris l’augmentation de salaire de 180€ par mois des personnels hospitaliers.

Lire l’intégralité de l’enquête

Laisser un commentaire

Fermer le menu
facilisis leo mattis Phasellus mi, ut accumsan
×
×

Panier

CIDEFE