Finances

Crise sanitaire : plus d’un tiers des communes envisagent d’augmenter leur taxe foncière dès 2021

Afin de faire face à un nouvel effet de ciseaux en 2021, une part importante des collectivités du bloc communal envisage d’actionner le levier fiscal. Malgré l’impact de la crise sanitaire, elles prévoient toutefois de maintenir leurs investissements en 2021.

« L’idée que ça n’irait pas si mal ne correspond pas à la réalité vécue dans les territoires. »  Avec un impact de 6 milliards d’euros sur trois ans sur les finances publiques locales, la crise sanitaire n’aurait pas été si indolore que ça pour les communes et EPCI. Elle les aurait même « fortement affectés », et bien plus que ne le laissent entrevoir le gouvernement et la mission du député du Gers Jean-René Cazeneuve (LaREM) qui s’est attelée à la question.
C’est en tout cas le message qu’ont voulu faire passer, hier, les représentants de l’AMF lors de la présentation d’une enquête de l’association – menée avec La Banque des territoires – sur les conséquences de l’épidémie de covid-19 sur les finances du bloc communal.

Au sommaire :

  • Taxe foncière : des hausses de 2 à 3 % en moyenne
  • L’effet de ciseaux « pourrait se poursuivre en 2021 et en 2022 »
  • Maintien de la plupart des prévisions d’investissement
  • Le retour des contrats de Cahors ? « une inanité »

Lire la suite sur MaireInfo

Cet article a 1 commentaire

  1. Je suis surpris de l’absence de réaction concernant le désengagement de l’Etat via les différentes composantes de la DGF, pourtant bien réel toutes ces dernières années, ce qui a fortement grevé les budgets locaux.
    Par ailleurs, en suprimant la TH, le gouvernement et la majorité parlementaire qui en a décidé pénalisent lourdement les familles, notamment en zone rurale.
    En effet, la TH, même imparfaite et à réformer, permettait aux foyers fiscaux familiaux de bénficier d’abattements en fonction du nombre de personne à charge. Ce qui n’est pas le cas pour la TF. Ainsi, une famille propriétaire de son logement, ce qui est fréquent en zone rurale, ne pourra plus bénéficier de cette modulation et subira financièrement intégralement les conséquences d’une hausse de cet impôt, ce qui n’était pas le cas avec la TH.
    Pour ce qui est des autres redevables, il est très peu problable que les propriétaires ne répercutent pas toute hausse de la TF dans le prix des loyers…
    Enfin, la TH, payée ou exonérée, était le seul lien entre résidant locataire d’une commune et la vie politique municipale et nationale.
    Lien rompu, mais les communes ne sont peut-être plus une nécessité pour certains…

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Praesent Aliquam Nullam in ut Donec venenatis diam
×
×

Panier

CIDEFE