Politique

« Ce sont des mesures drastiques qu’il faut prendre pour que le travail de ce temps de crise ne serve pas les profits » (Pierre Dharréville)

Il fait beau mais les ordonnances du gouvernement sont en train de pleuvoir. 
Peut-on être étonné qu’il profite de la crise pour se livrer à une nouvelle attaque sociale ? Pendant le confinement, il appelle à aller au travail. Il refuse d’agir pour ne maintenir que les activités indispensables à passer le temps de crise aiguë, en engageant une démarche avec les acteurs économiques et sociaux pour les définir au plus près.

Cet article a 1 commentaire

  1. Monsieur Macron s’est engagé dans son allocution à la TV à prendre toutes les mesures  » quoi qu’il en coûte » il a omis de préciser ce qu’il entendait par là : Il voulait dire bien sûr :  » quoiqu’il en coûte… aux salariés et aux 99% de notre population » . Donc en se servant de cette crise pour de nouvelles mesures de restrictions et de remise en cause, il ne fait que tenir cette promesse que pouvait bien sûr inclure cette précision non formulée explicitement.
    Hubert CEDOT PCF Jura

Laisser un commentaire

Fermer le menu
fringilla efficitur. elementum id, risus mattis Sed
×
×

Panier

CIDEFE