« Attaques par rançongiciels, tous concernés »

Dans un contexte de « campagnes d’attaques par messagerie » subie par le ministère de l’Intérieur ou le ministère de la Justice ou les nombreuses collectivités qui ont subi des attaques informatiques ces dernières années, l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi) et la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) ont élaboré un guide pour « réduire le risque d’attaque » et aider les victimes à « réagir en cas d’attaque« .

Les organisations de notre pays, qu’elles soient publiques ou privées, petites ou grandes, entrevoient désormais leur avenir à la lumière des transformations numériques. Parce que les bénéfices de ces évolutions sont considérables, nous souhaitons que les entreprises et les adminis- trations françaises puissent s’y appuyer dans un climat de confiance.

Or ces progrès n’arrivent pas seuls. Ils sont un terrain de jeu formidable pour quantité d’attaquants dont les motivations sont aussi variées que les profils. Parmi les menaces ainsi véhiculées, un effort particulier doit être mené à l’égard de l’une d’elles : la cybercriminalité. Pourquoi ? D’une part parce que les attaques appartenant à cette caté- gorie constituent un véritable fléau pour les organisations victimes. Et d’autre part parce qu’il est possible – la plupart du temps – de ramener ce risque à un niveau résiduel par l’application de bonnes pratiques de sécurité numérique…

Lire le guide

Laisser un commentaire

Fermer le menu
nunc luctus mi, sem, dolor id massa
×
×

Panier

CIDEFE