EuropeSanté

« Pour que le vaccin contre le Coronavirus soit un bien commun de l’Humanité »

Nous évoquions il y a quelques jours dans notre édition, la pétition pour demander la gratuité des vaccins à la commission européenne.

Hier, mardi 30 juin 2020, le groupe GDR à l’Assemblée nationale, par le biais du député Fabien Roussel, est intervenu lors des Questions au Gouvernement mais a également écrit au premier ministre « pour que le vaccin contre le Coronavirus soit un bien commun de l’Humanité »

Monsieur le Premier ministre,

Le 19 mai, les 194 Etats membres de l’OMS ont adopté une résolution faisant des futurs vaccins contre le coronavirus des « biens publics mondiaux ». Plusieurs chefs d’Etat ont émis un souhait comparable et il faut bien sûr s’en réjouir. Mais dans les coulisses, les labos privés et des pays se font la course, espérant être les premiers à déposer un brevet pour ensuite gagner de l’argent sur le dos de cette pandémie.

Rappelons-nous l’exemple du traitement contre le SIDA. Commercialisé dès 1996 par un petit groupe de laboratoires américains, il fut accessible seulement dix ans plus tard aux pays en développement. Et encore, au prix d’une lutte courageuse menée par le président Mandela, à laquelle l’industrie pharmaceutique n’a pas hésité à faire un procès. 

Ne soyons pas naïfs, cette menace existe toujours. La représentante américaine a d’ailleurs affirmé, lors de cette Assemblée mondiale de la santé du 19 mai, « qu’un vaccin ne pouvait pas être gratuit » et que cette résolution, je la cite encore, « envoie un mauvais message aux innovateurs ».

Voilà pourquoi nous devons aujourd’hui obtenir des actes concrets pour sortir les futurs vaccins contre le covid-19 de la logique de profit et d’en garantir l’accès universel. C’est d’ailleurs le sens d’une pétition lancée à l’échelle de l’union européenne par la Gauche unitaire européenne et treize partis, dont le PCF. 

Monsieur le Premier ministre, en France comme au niveau européen, pour que les futurs traitements contre le coronavirus ne fassent pas l’objet de brevets et soient accessibles immédiatement sous forme de génériques, pour tous les pays et tous les peuples. En France, il devra faire l’objet d’une prise en charge à 100 % par la Sécurité sociale.

 

Retrouvez l’intervention sur cette question du député F. Roussel lors des QAG du 30 juin.

Pour signer la pétition (en français).

Laisser un commentaire

Fermer le menu
id, adipiscing elit. Aliquam eleifend risus porta. justo dolor. venenatis, dolor
×
×

Panier

CIDEFE